La pollinisation de la vanille

La pollinisation c’est la rencontre des organes sexuels mâles et femelles chez les végétaux à fleurs. Il faut pour cela que les grains de pollen situés dans l’anthère entrent en contact avec le ou les ovaires via le stigmate. Pour la réussite de ce « mariage », plusieurs conditions sont requises :

vanilla-8

La maturité de ces organes. Elle est souvent décalée chez certaines espèces afin d’éviter l’auto fécondation. Ce n’est pas le cas pour la vanille qui est hermaphrodite. Ensuite il faut un moyen technique de contact. C’est généralement le vent qui, en dispersant les millions de grains de pollen favorise ce contact. Mais ensuite, il y a la disposition des organes dans la fleur elle-même. Soit elle facilite le contact, soit elle le complique. Et dans ce chapitre, la vanille est la championne du compliqué.
Les fleurs de « haut rang » n’aiment pas trop utiliser les moyens très communs. Elles n’aiment pas disperser leur semence à tous vents. Elles préfèrent rester « en famille ». Aussi, elles se préservent de toute « pollution sexuelle » en mettant en place une « carapace de chasteté ». Circuit compliqué pour réaliser le mariage, choix d’un auxiliaire pollinisateur très spécialisé.

vanilla-7vanilla-9

Il faut alors un code de communication entre la fleur et l’auxiliaire.

C’est ainsi que les insectes pollinisateurs sont attirés par les odeurs, les couleurs ou les formes. La motivation de l’auxiliaire (insecte ou oiseau) est variable. L’odeur suggère la présence de nectar, donc de nourriture. Dans certains cas, la fleur imite le sexe phéro-hormonal de l’insecte. Les orchidées représentent une famille importante de plantes à fleurs. Elles tiennent à leur beauté spécifique. La pollinisation des Ophrys est réalisée par des abeilles mâles qui sont attirées par des substances rappelant leur phéromone (mimétisme chimique) les incitant à l’accouplement, avec le labelle, en l’occurrence. Sur d’autres orchidées, on ne remarque que la présence de jeunes abeilles. Grâce à un ensemble de capteurs situés sur les poils des antennes, les abeilles, guêpes ou bourdons sentent de très loin les molécules les plus volatiles des parfums émis par la fleur. D’abord les composés benzéniques, phényl-ethanol, puis les notes florales des terpènes spécifiques à chaque fleur. L’intérêt de ces fleurs aux aspects et parfums très « personnalisés » est de n’attirer qu’un seul type d’insecte pour éviter qu’il n’aille butiner sur toutes les autres espèces et ramener du pollen étrange.

vanilla-10Ainsi, les insectes savent reconnaître « leurs fleurs ». Attirés par la note majeure, ils sont ensuite capables d’identifier une espèce dans une famille, éventuellement, même, une variété dans une espèce, grâce aux odeurs « intimes » des pétales et des étamines ou du pollen, qui sont générées par des dérivés lipidiques provenant d’une mince couche de cire entourant les grains de pollen. Ils sont peu volatils et donc perceptibles à faible distance. Il existe ainsi des millions de combinaisons parmi plus de 700 molécules odorantes. Un mélange de trois fragrances suffit à attirer un auxiliaire. Le premier parfumeur de l’univers au service de la plus vaste clientèle, les insectes, ces derniers sachant parfaitement coopérer pour un développement durable de leur source alimentaire propre. Mais décidemment, les Conquistadores n’avaient rien compris. La chaste vanille sans son auxiliaire favori s’est longtemps refusé à tout contact… jusqu’à la découverte du jeune esclave réunionnais !

Le pollen agglutiné en pollinies, ne pouvant pas s’envoler, ne peut pas entrer en contact avec le stigmate pourtant situé au dessous, à cause du Rostellum situé entre les deux. En Amérique centrale, la mélipone et l’oiseau mouche pénètre dans le labelle pour prélever le pollen. Dans leur excitation ces petits auxiliaires déposent des grains de pollen sur le stigmate. La grande découverte consistait donc à faire le travail des insectes. Nous n’avons pas de détails sur la méthode employée par Morren, mais la technique ne devait pas être simple puisqu’elle ne fut pas suivie d’exemple. Il fallut attendre qu’un jeune esclave de l’Ile de la Réunion, trouve l’astuce par observation ou par hasard.